Page ciné d’Elsa

Bienvenue sur mon blog

 
  • Accueil
  • > Archives pour février 2012

Elles, de Malgorzata Szumowska. 16 février, 2012

Classé dans : Recemment vus en salle — elsalauravietnam @ 19:54

Elles, de Malgorzata Szumowska. dans Recemment vus en salle 19844738.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-20111108_111158-300x168

Grosse actu pour Juliette Binoche en ce moment, et ça fait plaisir! En effet, deux films viennent de sortir depuis le début du mois de février : Elles, de Malgorzata Szumowska, et le premier long de Sylvie Testud, La vie d’une autre.

Dans Elles, Juliette interprète une journaliste d’un grand hebdo qui mène une enquête pour un article sur le sujet de la prostitution étudiante. Pour cela, elle rencontre deux jeunes femmes qui acceptent de témoigner anonymement. Lola (Anaïs Demousiter), est originaire de la banlieue parisienne, et la seconde, Alicja (Joanna Kulig) est polonaise récemment arrivée à Paris. Face aux prix exorbitants des loyers parisiens, sans aides sociales, et après avoir tenté de subsister par d’autres moyens, elles finissent par s’inscrire sur un site internet d’escort. Dans le film, elles se confessent toutes les deux, séparément, sans peurs ni tabous à la journaliste, Anne.

Ce qui est intéressant dans ce film, c’est la façon dont les trois histoires (des trois personnages) s’imbriquent. Le fil conducteur, c’est Anne. On la suit pendant la journée qui précède le bouclage de son magazine, durant laquelle elle mène de front deux activités : rédiger son article, et préparer un dîner pour son mari et des amis de celui-ci. Symboliquement, un combat intérieur démarre : sauver sa famille et son mariage qui bat de l’aile, ou tout lâcher, et vivre la vie dont elle rêve. Un peu comme dans le roman de Virginia Woolf, Mrs Dalloway, ou dans le film The Hours qui s’en inspire, on observe le personnage se débattre pour donner un sens à son existence et prendre en main son destin. Il s’agit des 24 heures les plus importantes de sa vie, et pourtant, c’est une journée comme les autres.

A ceci viennent se superposer les récits d’Alicja et Lola, qui bouleversent Anne. Les personnages se reflètent comme sur un miroir, et le film devient intéressant lorsque Juliette Bincoche commence à le traverser. A noter le second rôle de Louis-Do de  Lencquesaing, qui joue le mari, méprisant et désabusé, comme d’habitude, je l’adore. Un film intéressant, mais (ou car)
adoptant un point de vue très discutable, assez maladroit et parfois lourdingue (Anaïs Demoustier, dans son côté enjouée, bof..). Il est parsemé de scènes violentes, ou très crues, ou les deux. Autant dire que c’était assez insolite de le voir dans une salle minuscule d’un cinéma art et essai, remplie d’un public soixantenaire ultra guindé en plein centre de Biarritz. Ça grinçait un peu des dents.

 

 
 

ICOLLYWOOD |
le cinéma |
belangel |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | megavod
| apollonide
| cinemafan